Get Adobe Flash player

Du même auteur


Haut de page

Article :


Le 29 juin 1992 à 12h30, les Algériens ont été choqués en apprenant la nouvelle. Le président Mohamed Boudiaf vient d’être assassiné à la maison de la Culture de Annaba.

Si Tayeb El Watani, membre du groupe des six, qui a décidé le déclenchement de la Révolution de 1954, homme au long passé historique, devra attendre 124 jours pour avoir droit à une commémoration digne. Ce n’est que le 1/11/1992 qu’une série de deux timbres sera émise à son effigie signée par Sid-Ahmed Bentounès. Il s’agit du fameux portrait officiel qui a vécu 165 jours, entre l’investiture de Boudiaf (le 16/1/1992) et son décès tragique.

La décennie 1990-2000 restera gravée dans la mémoire des Algériens, qui ont vécu les années de braise. L’histoire philatélique durant cette époque a été une succession d’émissions consacrées à la faune, la flore, l’artisanat, les traditions et les inévitables commémorations, avec zéro événement. Après une longue traversée du désert, la poste reprendra le 5/6/1997 la thématique historique, avec le premier timbre émis après l’arrêt du processus électoral décidé le 11/1/1992, et qui sera consacré aux législatives. Il sera suivi le 13/12/1997 par un timbre sur les locales.

Deux mois plus tard, la naissance du premier Conseil de la nation dans l’histoire de l’Algérie sera le thème d’un timbre signé par Kamar-Eddine Krim. Ce dernier sera le dessinateur de la première émission philatélique composée de cinq timbres se tenant, dans laquelle seront repris les principaux événements électoraux entre 1995 et 1997, classés sous le titre officiel de «Parachèvement de l’édifice institutionnel».

Sur fond bleu et mauve, où l’on retrouve les images classiques et «usées» de l’emblème, l’urne, la colombe, le bulletin de vote et le sceau de l’Etat, l’émission, parue le 30/12/1997, illustre la première présidentielle plurielle du 16/11/1995, remportée par Liamine Zeroual, en pleine lutte contre le terrorisme, la Constitution du 28/11/1996, les législatives du 5/6/1997, les locales du 23/10/1997 et les élections du Conseil de la nation du 25/12/1997.

L’ère de Zeroual prendra fin avec l’élection de Abdelaziz Bouteflika le 15/4/1999. Un événement commémoré sur un timbre signé par Sid-Ahmed Bentounès. Bouteflika marquera le début de son mandat par la tenue à Alger du sommet de l’OUA, moins de trois mois après son élection. Une figurine dessinée par K. Krim sera émise à cette occasion le 30/6/1999. Comme pour marquer encore une fois le règne de Bouteflika, un autre timbre sera émis le 16/9/1999 à l’occasion du référendum sur la concorde civile.

Le 15/4/2000, l’administration postale algérienne s’illustre par un zèle incomparable, en décidant de célébrer «officieusement» le premier anniversaire de l’élection de Bouteflika à travers quatre timbres traitant du thème de la concorde civile. Une première dans l’histoire philatélique algérienne avec cette luxueuse émission, qui sera imprimée chez le suisse Courvoisier, et pas à l’imprimerie de la Banque centrale d’Algérie.

(Article publié par le quotidien EL-WATAN, le 03/12/2015 : Cliquez-ici pour le consulter.)

Page précédente Page d´accueil Haut de page

Tous les articles :

Page précédente Page d´accueil Haut de page