Get Adobe Flash player

Article :


Assegas ameggaz !

Des Berbères devenus pharaons d’Egypte

Yennayer qui coïncide avec le 12 janvier du calendrier grégorien est le jour qui marque le début de l’an du calendrier agraire amazigh (berbère). Il est célébré dans une ambiance festive et solidaire en Afrique du Nord, aux Iles Canaries, mais aussi par les communautés amazighes à travers le monde. On y prépare le traditionnel couscous au poulet, repas emblématique qui présage une année prospère.

Sur ma proposition, l’administration postale algérienne a accepté d’émettre un timbre-poste en célébration de cette fête millénaire, décision impensable il y a seulement quelques années en raison du caractère sensible de ce sujet dans une région où les pouvoirs politiques ont longtemps tourné le dos aux revendications identitaires liées à la culture amazighe. C’est le 12 janvier 2013 que ce timbre festif d’une valeur faciale de 15 DA (régime intérieur) est mis en vente. Apparemment anodin, il cache en vérité une histoire qui nous transporte jusqu’aux temps des pharaons d’Egypte ?

En effet, selon une version qui fait l’unanimité chez les historiens, yennayer 2966 que nous célébrons cette année commémore l’intronisation du roi amazigh Chechnak 1er (parfois orthographié Chechonq) comme pharaon d’Egypte en 950 avant J.C. Ce jour-là, Chechnak marque sa victoire sur le pharaon Psousennès II, ce qui lui permet de conquérir l’Egypte et de soumettre tout le Delta du Nil à son autorité où il fonda sa capitale Tanis, ville dénommée actuellement San El Hadjar. Les trésors de cette XXIIe dynastie découverts en 1939 dans la nécropole des rois de Tanis par une mission d’égyptologues français sont aujourd’hui exposés au Musée du Caire. Ils racontent l’histoire de ces berbères devenus pharaons d’Egypte pendant près de deux siècles.

Khelifi Saliha, l’auteur du timbre dédié à Yennayer est une artiste peintre qui, dans ses créations artistiques s’inspire du patrimoine symbolique et du répertoire graphique amazighs. Interrogée à propos de sa première figurine postale, elle nous a précisé que le visuel de ce timbre est en fait une reproduction de l’une de ses toiles dont l’élément central est un antique plat de couscous à pied entourés de symboles qui, explique-t-elle "sont des signes graphiques rencontrés aussi bien à Djerba (Tunisie) qu’à l’Institut Royal de la Culture Amazighe au Maroc représentant les premiers hommes d’Afrique du Nord " et d’ajouter à propos de la couleur dominante du timbre. "J’ai choisi le jaune, couleur du soleil, chaude et lumineuse, elle permet d’exprimer la joie et l’allégresse. C’est tout simplement la couleur de la fête ! Doré, le jaune devient le symbole de la richesse et de l’opulence".

En attendant sa consécration comme jour férié chômé et payé au même titre que le 1er janvier et Aoual Mouharam, Yennayer demeure non seulement une date et une tradition mais surtout un symbole et un repère identitaire et historique de tout un peuple. Le timbre qui lui a été consacré l’introduit pour la première fois dans les albums des philatélistes. Merci la Poste !

Cet article a été publié par le quotidien EL-WATAN, le 14/01/2016 :

Page précédente Page d´accueil Haut de page

Tous les articles :

Page précédente Page d´accueil Haut de page