Get Adobe Flash player

Du même auteur


Haut de page

Article :


Lion de l'Atlas

La poste algérienne vient de ressusciter, le temps d’une émission philatélique, le fameux lion de l’Atlas, une espèce disparue, que le dessinateur Kamreddine Krim a illustrée sur un timbre paru le 14 décembre. Une façon de rappeler que l’Algérie et l’Afrique du Nord en général étaient bien habitées par les lions, les panthères et les éléphants.

Des animaux que les Romains capturaient pour animer les arènes de combat à Rome. Le lion de l’Atlas, qui peuplait surtout les régions de Souk Ahras, selon des sources historiques, avait bel et bien disparu, comme c’est le cas aussi de la panthère signalée dans les montagnes de Jijel et de Sidi Ali Bounab, à Tizi Ouzou.

Des photos qu’on peut retrouver sur certains sites web en donnent la preuve. L’une d’elles, remontant à 1929, montre une quinzaine de chasseurs armés de fusils, posant fièrement avec leurs chiens devant une panthère abattue dans la région de Jijel. La question des espèces animales disparues en Algérie renvoie à celle des autres espèces menacées d’extinction, en raison du braconnage et des opérations de chasse illégale.

Dans un souci de sensibilisation sur les dangers guettant ces espèces, la poste algérienne a illustré 16 d’entre elles sur des timbres depuis la première émission parue le 24/6/1967, consacrée à la belle gazelle des sables, connue aussi sous le nom «gazelle aux cornes fines» (Gazella leptoceros), et le populaire fennec (Fennecus zerda), devenu le symbole de l’équipe nationale de football.

Deux autres animaux très connus en Algérie feront également l’objet d’une émission sortie le 19/10/1968. Il s’agit du mouflon à manchettes et du cerf de Barbarie. Au fil des années, d’autres timbres viendront illustrer une longue liste d’espèces protégées, dont certaines étaient jusque-là inconnues. Ainsi, dans une émission signée Kamreddine Krim, parue le 17/9/1981, les philatélistes algériens découvriront le phoque moine de Méditerranée (Monachus monachus), espèce aujourd’hui éteinte, mais surtout le singe magot (Macaca sylvanus), qui peuple plusieurs régions sur la côte algérienne, notamment la corniche entre Jijel et Béjaïa.

Le même thème sera repris sur quatre timbres dessinés par Ali Kerbouche et émis le 15/9/1988. Les appels lancés par les associations de protection de la nature et les multiples actions des organisations non gouvernementales seront couronnés en Algérie par la parution dans le Journal officiel du décret n°83-549 du 20/8/1983. Un décret qui recense 33 espèces protégées vivant en Algérie, et qui seraient menacées d’extinction si des mesures rigoureuses n’étaient pas prises par l’Etat. Dans la foulée, la poste émettra une nouvelle série consacrée aux chats. Une véritable découverte pour les philatélistes, qui apprennent à connaître le chat des sables, le chat sauvage, le lynx caracal et le serval.

Parmi les espèces les plus menacées, dont le nombre s’est terriblement réduit, l’on trouve surtout la gazelle dorcas, la gazelle cuvieri, ou gazelle de l’Atlas, et la gazelle dama, sujets de timbres émis le 13/5/1992. C’est également le cas du guépard devenu très rare, illustré en 2005 sur deux timbres réalisés par Ali Kerbouche. Même sort pour l’hyène rayée et le renard roux à queue blanche, deux seules espèces vivant en Afrique. Ces deux dernières ont été portées sur une émission de 2007 dessinée par Sid-Ahmed Bentounes.

Sur la liste du décret de 1983, on compte 17 autres espèces non encore timbrifiées, dont on citera l’addax, la belette, le daman des rochers, l’écureuil de Barbarie, la genette, le goundi, la loutre, le lérot, la mangouste, l’oryx, le porc-épic et le rat des sables. Mais en fait, en plus des conséquences de la pollution, de la destruction des foyers des animaux suite à l’urbanisation intensive, un décret peut-il vraiment protéger les espèces menacées de disparition, surtout quand l’Etat lui-même devient complice, en organisant des parties de chasse pour des invités indésirables venus des pays du Golfe ?

(Article publié par le quotidien EL-WATAN, le 22/12/2016 : Cliquez-ici pour le consulter.)

Page précédente Page d´accueil Haut de page

Tous les articles :

Page précédente Page d´accueil Haut de page