Get Adobe Flash player

Du même auteur


Haut de page

Article :


Abdelhamid Benhaddouga attend toujours sa réhabilitation

BENHADDOUGA

C’est une histoire qui mérite bien d’être rappelée, car certains responsables à Algérie-Poste et d’autres au ministère des PTIC semblent frappés d’amnésie.

Les faits remontent au 16 avril 2008, où à l’occasion de la Journée du savoir, Algérie Poste avait décidé l’émission de quatre timbres en hommage à quatre hommes de lettres. Il s’agissait de Kateb Yacine (1929-1989), Malek Bennabi (1905-1973), Ahmed-Redha Houhou (1911-1956) et Abdelhamid Benhaddouga (1925-1996). Tout cela était bien, sauf que le jour de l’émission certains philatélistes ont fait une curieuse découverte.

Le dessin de Benhaddouga ne correspondait pas avec le portrait de l’auteur du Vent du sud, mais c’était celui de Mohamed Dib, dans une posture que l’on retrouve dans l’une de ses photos. Le lendemain de l’émission, le journal arabophone El Khabar publie une info sur cette erreur, sous le titre : Algérie-Poste ne distingue pas entre Benhaddouga et Dib. La bévue était trop grande pour passer inaperçue. Une bourde monumentale qui a fait l’effet d’une douche froide à Algérie Poste, comme rapporté dans un article publié par Mohamed Achour Ali Ahmed dans la revue Philnews (n°67 du 2e trimestre 2008).

L’auteur a révélé que le dessinateur du timbre, Kamareddine Krim, a nié en premier avoir commis une quelconque erreur. Mais plus tard, il reconnaîtra face à une journaliste d’An-Nasr son erreur, qu’il imputera à Internet. Il aurait pu demander une photo de l’écrivain auprès de la famille Benhaddouga. Les événements se précipitent, et le timbre erroné provoque une véritable polémique. Le 27 avril 2008, Anis Benhaddouga, journaliste à la radio et fils de l’écrivain, lance un appel officiel au ministre des PTIC, Boudjemaâ Hichour, pour le retrait du timbre, qualifiant cette erreur de crime d’ignorance.

Selon la revue Philnews, après le dévoilement de l’erreur, et mis à part les excuses présentées par le dessinateur du timbre Kamareddine Krim à la famille de Benhaddouga, aucun geste d’Algérie Poste n’est venu consoler la famille outrée, alors que le ministère des PTIC affichait un silence étrange. Ce qui montre la légèreté avec laquelle cette erreur a été gérée. Mais comment cette erreur a-t-elle pu être commise, surtout que Dib a été déjà dessiné par Krim en 2000 ? Le retrait a été décidé officiellement le 4 mai 2008, mais le timbre était déjà en vente dans plusieurs wilayas pendant quelques semaines. Finalement, six ans après cette bourde, Benhaddouga a bien droit à une émission rectificative pour réhabiliter un homme de lettres, qui ne méritait pas cette ignorance à l’occasion de la Journée du savoir.

(Article publié par le quotidien EL-WATAN, le 11/12/2014 : Cliquez-ici pour le consulter.)

Page précédente Page d´accueil Haut de page

Tous les articles :

Page précédente Page d´accueil Haut de page