Get Adobe Flash player

Article :


EN L’ABSENCE DE LA MOINDRE COMMUNICATION

BORDJ EL-KIFFAN

Sans crier gare, (la communication n’étant pas son fort !) Algérie Poste a procédé début 2015 à une très forte augmentation de ses tarifs postaux. Le prix du timbre-poste a flambé. Désormais, l’affranchissement d’une lettre de premier échelon de poids (moins de 20 grammes) du régime intérieur coûte à l’usager 25 DA au lieu de 15 DA, celui d’une lettre de même poids du régime international est passé de 30 DA à 60 DA. Le tarif de recommandation s’est vu multiplié par deux pour le service intérieur (100 DA) et par quatre pour l’étranger (200 DA). Les usagers, autant que les philatélistes, n’arrêtent pas de pester contre cette hausse, exagérée à leurs yeux, au regard de la piètre qualité du service courrier fourni par l’opérateur historique.

Dans la pratique, rien n’a été prévu à temps (l’anticipation n’étant pas son fort non plus !) pour pallier les exigences de la nouvelle tarification en matière d’affranchissement du courrier. Si les valeurs des «roses» de Bentounès (15, 20, 30 et 50 DA), qui viennent de boucler leurs dix ans de service, sont toujours là pour répondre à certains tarifs, celui de 25 DA, par contre, restait à pourvoir en urgence.

Le timbre à 5 DA «Collier à amulettes de la Saoura», de la série d’usage courant «Bijoux du Sud algérien» émise en 2009, aurait pu être appelé à la rescousse en tant que valeur complémentaire si ce n’était cette malheureuse erreur qui l’a entaché : «Amullettes» orthographié avec deux «l» au lieu d’un seul, et qui a précipité son enterrement en compagnie des trois autres timbres composant cette série mort-née. Initiatrice de cette hausse annoncée par le Journal Officiel n° 63 du 22 octobre 2014, soit dix semaines avant son entrée en vigueur, l’administration postale avait pourtant tout le loisir de planifier ses émissions en leur attribuant des valeurs faciales adéquates, voire de concevoir une belle série d’usage courant, comportant à la fois des valeurs correspondant aux nouveaux tarifs usuels et les indispensables valeurs d’appoint.

Malheureusement, ce n’est qu’à quinze jours de la date fatidique que ses responsables battirent le rappel des troupes pour nous sortir du réchauffé : un timbre monochrome de petit format (23 x 18 mm) à l’effigie du fort éponyme de Bordj El Kiffan (Fort-de-l’Eau), tiré d’une ancienne maquette de la série des «Forts d’Algérie» dessinée par Ali Kerbouche en 2005. Quant au timbre à validité permanente (TVP) de la lettre ordinaire émis le 20 juin 2010, prêt à remplir pleinement son office, il est toujours utilisable en l’état, à ceci près qu’il est désormais vendu à 25 DA et non plus à 15 DA.

1 - La dernière hausse des tarifs postaux a eu lieu le 1er janvier 2004.

(Article publié par le quotidien EL-WATAN, le 22/01/2015)

ELWATAN MAGAZINE

Page précédente Page d´accueil Haut de page

Tous les articles :

Page précédente Page d´accueil Haut de page