Get Adobe Flash player

Du même auteur


Haut de page

Marcophilie :


Quand on évoque les timbres fiscaux, notre attention se porte de facto sur toute sorte de document administratif, civil, judiciaire et commercial. On en cite et on en passe. Mais en fait existe-il un meilleur usage ?

Oui ! Par « l’étendue de sa fonction » au courrier que même si nous avons du plaisir à rechercher, nous n’avons pas l’enthousiasme à le dire. Ce lot restreint de lettres porte des traces datables et identifiables. Nos postiers, exempts de tout reproche ne sauraient en endosser la responsabilité.

1- Dissimulation par superposition :

Timbre-poste à 15.00 DA sur fiscal de même valeur sur lettre à destination d’Alger, postée à la RP de M’Sila le 26/07/2014.

2- Affranchissement validé avec oblitération du timbre fiscal :

Oblitération manuelle sur paire verticale de fiscaux (2 x 15.00DA) apposée par le bureau de poste d’Alger DIDOUCHE Mourad – Tarif fantaisiste.

Timbre à date du 01/09/2014 apposé par le centre de tri de Batna sur vignette fiscale affranchissant une lettre à destination d’Alger.

Lettre pour Alger, parée d’un timbre fiscal à 15.00 DA oblitérée le 28/08/2014 par un TAD au bureau de poste d’El Khroub Haouch Amar.

3- Affranchissement validé sans oblitération du timbre fiscal :

Lettre à destination d’Alger, pourvue d’un timbre fiscal préservé en l’état (non annulé) en guise d’affranchissement et d’un TAD distant apposé par le bureau de poste de MEFTAH (Blida) le 19/08/2014.

4- Affranchissement non admis, lettre à taxer :

Lettre affranchie au moyen d’un timbre fiscal 15.00 DA avec croix au stylo sur la vignette et mention manuscrite « TAXE » signifiant à taxer par le bureau destinataire Alger. Aucune trace de la perception de ladite taxe.

Sur cette lettre affranchie par un timbre fiscal, le bureau destinataire Alger n’a pas suivi la poste expéditrice qui y a pourtant porté les mentions d’usage pour une éventuelle taxe à percevoir à l’arrivée. Un TAD de lecture RP Jijel 17/08/2014 figure sur le pli.

Cette modeste présentation s’est limitée à quelques envois postaux de l’année en cours. Pour ces seuls cas, autant de lettres que de taxes non perçues, qu’en est-il du reste du courrier non ou insuffisamment affranchi ?

Page précédente Page d´accueil Haut de page