Get Adobe Flash player

Plus d'actualité :


Haut de page

MAROC

Barid Al-Maghrib illustre la diversité naturelle marocaine à travers cette émission qui vient enrichir la série des timbres-poste émis sur la thématique « Richesses florale et faunistique ».

Date d'émission :24/07/2014

Concepteurs : M.Ghassane / L.Edfouf

Le lac Tislite : Le lac Tislite se situe à 6 km au Nord du village d’Imilchil dans la province d’Errachidia. Il est peu profond (19 m) et s’étend sur 80 ha. Dépendant de la fonte des neiges et des eaux de pluies, le niveau du lac est variable: le niveau actuel est supérieur à celui des années sèches précédentes. Les eaux du lac subissent une forte insolation, leur température dépasse parfois 23°C en été. La flore aquatique à bord d’eau est peu abondante, composée de roseaux communs et de quelques touffes de massettes. Une ceinture de peupliers noirs entoure le lac. La faune aquatique est composée de la truite fario (poisson autochtone menacé), ainsi que du brochet, du barbeau (espèces introduites) et d’un mammifère, la loutre. Le peuplement d’oiseaux semble être plus important en été : foulque macroule, grèbe huppé, grèbe castagneux, grèbe à cou noir, morillon, fuligules milouin et héron cendré (Ardea cinerea). Ce dernier, illustré sur l’un des timbres de cette émission, est une espèce d’oiseaux appartenant à la famille des Ardeidae. Il se caractérise par un long cou, un bec long et pointu et de hautes pattes. Il possède une excellente vue panoramique latérale et frontale. Son ouïe est également très développée. Il atteint en général 95 cm de hauteur et une envergure de 1,85 m pour un poids de 1,5 à 2 kg. Le Héron cendré présente un plumage à dominante grise à l’âge adulte (environ à deux ans). La femelle se distingue du mâle par un plumet un peu plus court.

Lac Tislit

Épopée tragique : L'histoire légendaire du moussem est inspirée des évènements historiques authentiques des tribus berbères, en perpétuelles guerres inter-tribales. Aït Ibrahim et Aït Yaaza étaient les deux fractions de la tribu des Aït Hadiddou, en guerre l’une contre l’autre. Selon la légende, une jeune fille Aït Yaaza aimait un beau Aït Ibrahim. Roméo et Juliette berbère du Haut-Atlas, ils connurent la même destinée tragique : mourir sans pouvoir s’aimer ni se marier. Cette déception des deux amoureux avait fait couler beaucoup de larmes, qui donnèrent naissance aux lacs Isli (le fiancé) et Tislit (la fiancée). Leurs parents, repentis, décidèrent qu’une fois par an, leurs progénitures jeunes garçons et jeunes filles se choisiraient et se marieraient librement. Depuis, il y a une coutume que l'on appelle "taqerfiyt" pendant laquelle un garçon peut côtoyer sa futur épouse, l'union du couple n'étant sujette à aucune opposition.

Depuis lors, le moussem des fiançailles d'Imilchil est devenu une manifestation annuelle à vocation commerciale et touristique où se éfoulent la tribu des Aït Ameur à côté du magasin de Sidi Ahmed Oulmghenni considéré comme leur frère musulman et dont la bénédiction est l'essence même du

Lac Isli

Page précédente Page d´accueil Haut de page