Get Adobe Flash player

Autres publications :


Haut de page

Revue de presse :

Philatélie à Algérie Poste

Sans annonce préalable, Algérie Poste a mis en circulation, le 17 mai dernier, un timbre d’une valeur de 15 DA (tarif intérieur) à l’occasion de la Journée mondiale des Télécommunications et de la Société de l’information (TIC), inscrite cette année par l’Union internationale des Télécommunications (UIT) sous le thème «Les technologies de l’information et de la communication au service de l’amélioration de la sécurité routière».

L’émission, hors programme, reçut même les honneurs et la présence de deux ministres de la République (PTIC et Transports) lors de la cérémonie de son dévoilement rapportée par le journal télévisé de 20h du 16 mai. Ce timbre signé «Direction de la philatélie» n’a pas manqué de susciter l’inquiétude de certains philatélistes de voir l’automobile représentée rouler sur la voie de gauche dans un pays où l’on roule à droite.

D’autres, vu la position de son tableau de bord, ont observé qu’elle est en train d’effectuer une sortie de route. Qu’à cela ne tienne ! Le GPS embarqué veille. Il veille même sur le conducteur étourdi, assis au milieu du véhicule présent sur le cachet «Premier jour» ! Mais là où cela dérape vraiment, c’est lorsque l’on découvre que la photo illustrant aussi bien le timbre «bidouillé» par Algérie Poste que la carte «Premier jour», éditée pour l’occasion, est une image aux droits réservés «piquée» sur internet, dans un site français d’information sur l’assurance automobile, facile à vérifier en suivant ce lien : http//www.assurancesinfo.net/auto-news/gps-systeme-informations-routes-votre-trajet. Comble de l’ironie, trois semaines auparavant, le 26 avril plus exactement, Algérie Poste émettait un timbre consacré à la protection des droits d’auteur et droits voisins !

Erreur après erreur, plagiat après plagiat, Algérie Poste a réussi à faire du timbre algérien, jadis œuvre artistique de haute facture, admirée et recherchée, la risée des milieux philatéliques étrangers sans qu’aucun responsable concerné daigne bouger le petit doigt pour mettre fin à cette situation qui perdure. Racim ! Temmam! Yelles ! Ali Khodja ! Ah ! si vous saviez ce qu’il est advenu du timbre algérien !

M.A

Source : EL WATAN

Page précédente Page d´accueil Haut de page